top of page
  • Nancy

21 jours en octobre


Soldats armées sur fond de calendrier.

Octobre 1970. Gaëtan, un jeune adulte, vient d’avoir quinze ans. Pour aider sa famille à arriver, il a commencé à travailler de nuit à la Montreal Cotton, comme fileur.


Par un beau matin, son meilleur ami, Luc, est arrêté et gardé en prison à cause de la Loi des mesures de guerre nouvellement votée par le gouvernement de Pierre-Eliott Trudeau. En essayant de comprendre les événements, il fait la rencontre de Louise, une jeune étudiante du Cégep du Vieux Montréal impliquée dans divers rassemblements. À travers cette histoire d’amour naissante, celle-ci lui fera comprendre sa réalité de jeune canadien-français. Il comprend alors les revendications et le discours aigrit son père, qui a perdu son emploi à cause d’une blessure. Lentement, s’éclaircissent les revendications du FLQ.


Qu’on se le dise, il ne s’agit pas d’un hommage au FLQ (Front de libération du Québec.) L’autrice a prévu le coup en donnant une voix aux deux côtés de la médaille. Ce roman se lit bien. Les éléments historiques s’enchaînent et les personnages sont crédibles.


L’intrigue est claire, même si elle est ténue. En effet, tout le roman repose sur l’arrestation de Luc, qui héberge sans le savoir un felquiste recherché par la police. L’objectif de ce texte est de faire comprendre la crise d’octobre dans les yeux d’un jeune travailleur de l’époque.


Le roman se laisse lire facilement. Les revendications linguistiques et le besoin de préserver la langue française sont plus actuels que jamais. Le discours de Gaston Miron, cité dans le texte, est d’ailleurs particulièrement inspirant.


D’un autre côté, les références à «N**** blanc d’Amérique» de Pierre Valière et le poème «Speak White» de Michèle Lalonde doivent être expliqués à des jeunes qui ne connaissent pas cette partie de l’histoire et qui pourraient être offusqués.


J’ai beaucoup apprécié ce roman.


 

Pistes pour l’enseignant


Avant d’entamer le roman, lisez en grand groupe les principaux événements décrits à la fin du roman. Ceux-ci aideront les élèves à situer les actions dans le temps.


Demandez aux jeunes de faire une recherche de 150 mots sur Pierre Valière. Pourquoi a-t-il intitulé son poème N*** blanc d’Amérique? Quels liens peut-on faire avec les Canadiens français décrits dans le roman ?


Lire le poème speak white faire ressortir les mots forts du texte. Faire un lien entre le poème et les événements se déroulant dans le roman. Quels liens peux-tu établir ?


Qu’est-il arrivé aux dirigeants du FLQ après les événements de la crise?


Crois-tu que Gaëtan retournera à l’école? Pourquoi?


Aurais-tu participé aux manifestations que Louise organise? Pourquoi?


Comment as-tu réagi à la lecture du roman?


 

FAVRE, Magali. 21 jours en octobre. Montréal, Boréal inter, 2010, 150 pages.

ISBN: 9782764620694



7 vues0 commentaire

Posts récents

Comments


Les 3 axes: chevalet (arts), livres (les appréciations littéraires) et la dactylo (l'écriture).
  • Instagram
  • Facebook
  • X

Nancy Thomas

ART, LITTÉRATURE, ÉCRITURE

bottom of page