top of page
  • Nancy

Maudites rumeurs

Dernière mise à jour : 21 mars 2023


Rose-line trouve un emploi d’été dans une résidence pour personnes âgées. Tout change lorsqu’une bagarre éclate entre deux résidentes. La directrice du centre demande à Rose-Line et Charles de mener leurs recherches et faire la lumière sur les raisons qui ont poussé les résidents à se comporter de la sorte. Au fil de l’enquête, on découvre les manœuvres douteuses qui lient les résidents à une ancienne usine désaffectée dont le terrain semble convoité par plusieurs.

Ce qu’il y a d’original dans ce roman de 175 pages est qu’il se déroule dans un centre pour ainés autonomes. Ainsi, les résidents jouent des rôles secondaires dans l’enquête. Le personnage de Rose-Line est également attirant puisqu’elle est, comme bien des Québécois, issue d’un métissage entre une mère québécoise et d’un père vietnamien. On y apprend entre autres que son père, désormais décédé, était atteint de problèmes de jeu qui ont trainé sa famille dans la faillite.

Le roman s’adresse à ses jeunes de 12 ans et plus. Selon moi, il est conçu pour le premier cycle du secondaire, voire les classes de EHDAA. La trame narrative, linéaire, ne semble pas assez complexe pour des élèves de 3e secondaire, habitués à plus de mots et plus d’intrigues. De plus, ce roman se lit d’une traite, les chapitres courts sont attirants pour un lectorat ayant plus de difficulté en lecture. Le vocabulaire est accessible, les personnages attachants.

L’enquête se déroule à la fois dans la ville, dans le centre et sur internet. Le roman commence lentement sans réelle accroche, puis dès les chapitres suivants, l’autrice nous plonge dans une bataille générale ayant comme trame de fond un bingo! Si tout n’est pas parfait, il y a certaines ficelles un peu lâches, le roman reste sympathique.

Est-ce que tout fonctionne? Non. La mise en place de la chute est prévisible, les références à la religion – Le Jésus de Prague aurait pu être évité puisque dans un contexte scolaire laïque, les enseignants ne prendront pas nécessairement le temps de l’expliquer. De plus, tout est trop rapide dans ce texte, les personnages nous livrent leurs secrets sans faire de réels détours. Sans qu’on sente vraiment les « maudites rumeurs ».

Bref, un petit roman qui a sa place dans une bibliothèque du premier cycle.


 

BEAUREGARD, Chantal. Maudites rumeurs, Montréal, Victor et Anaïs, 2023, 175 pages.




Posts récents

Comments


Les 3 axes: chevalet (arts), livres (les appréciations littéraires) et la dactylo (l'écriture).
  • Instagram
  • Facebook
  • X

Nancy Thomas

ART, LITTÉRATURE, ÉCRITURE

bottom of page