• Nancy

La bête à pile

La semaine dernière, mon neveu me lance : « Tiens tatie, tu liras ça… c’est bon. Tu devrais écrire des histoires semblables! » Demandé si gentiment, je me suis dit que comme autrice, je devais apprendre quelque chose de ce petit roman. J’avais raison !


À Noël, Victor reçoit le cadeau qu’il convoitait depuis longtemps, LéoBot. Un robot remarquable doté d’une intelligence manifeste. Très rapidement, le jeune propriétaire et l’appareil deviennent les meilleurs amis.


Victor décide de programmer des éléments de plus en plus compliqués. Il est fier de lui. Bientôt, LéoBot commence à exprimer des émotions humaines : appréhension, tristesse, jalousie, colère, tricherie.


Le jour où on lui apprend à parler, l’automate prend plus d’autonomie et d’initiative, il assimile des notions de lui-même. Lorsque Victor s’occupe moins de lui, LéoBot se comporte étrangement, il se met à imiter les voix des membres de la famille et répond aux appels à leurs places. Victor commence à ressentir un malaise au moment où il s’aperçoit que LéoBot a tué un écureuil…

Plus de programmation possible, il faut le réinitialiser ! S’il était trop tard ? S’en prendrait-il à ses propriétaires ? Et s’il était impossible de le détruire ?


Le roman de Pierrette Dubé est bien ficelé et la tension monte d’un cran à chaque chapitre. De toute évidence, celle qui a écrit plus de quarante histoires pour enfants sait comment créer une atmosphère tendue.


Écrit au présent, le roman saura plaire aux jeunes de 9 à 11 ans. Même si le scénario est conventionnel : odyssée de l’espace, intelligence artificielle, Irobot, ce roman jeunesse est une métaphore des appareils intelligents qui nous happent. Victor se lie d’amitié avec un jouet électronique au lieu de socialiser avec des humains. Victime de son plaisir il devient, en quelque sorte cyberdépendant. Il en vient à avoir de la difficulté à percevoir le vrai du faux et l’appareil devient le centre de son univers au point de délaisser ses amis et ses proches.

L’évolution psychologique du personnage de Léobot est bien décrite pour un si court texte. L’autrice nous permet de comprendre la profondeur et la complexité de l’esprit humain à travers l’apprentissage du robot. Elle nous fait également ressentir l’angoisse de Victor face à un problème qu’il ne peut pas expliquer.


Même s’il n’a pas été écrit dans ce but, ce roman pourrait être une belle porte d’entrée aux enseignants pour parler des algorithmes, des notifications, des jeux vidéo, des réseaux sociaux et de la cyberdépendance.


À l’image de LéoBot qui se nourrit de détritus, l’internet et les jeux vidéo arrivent à nous pourrir la vie et prendre toute la place dans notre vie.


Une belle réflexion pour notre jeunesse de plus en plus entourée de gadgets électroniques.










 

DUBÉ, Pierrette. La bête à pile. Collection noires, Montréal, Éditions La courte échelle, 2022, 192 pages.

Illustrations: VIGG

ISBN:

9782897743543 (Papier)

9782897743550 (ePub)

9782897743567 (PDF)






19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout